Les symptômes de la maladie

L’Actinobacilllus pleuropneumoniae (App) est un pathogène important chez le porc à travers le monde. Il cause de graves pneumonies fibrineuses et pleurites qui s'avèrent souvent fatales. La maladie peut s’étendre au troupeau, par aérosol ou par contact [1], très rapidement avec une mort qui survient dans les 12 heures après exposition. Les survivants de la maladie sont sérieusement impactés par des lésions pulmonaires sévères causées par cet organisme et deviennent souvent des porteurs subclinique de la maladie. La mortalité, les pertes de production et des abatages ultérieurs à cause des adhérences sont toutes des répercussions de cette maladie. Des tests sérologiques pour l’App sont disponible comme un outil pour monitorer le statut de la maladie dans le troupeau. L’isolement de l’App à partir de tissus pulmonaires de porcs infectés est plutôt simple. Les soumissions de tissus provenant d’animaux euthanasiés sont recommandées pour éviter la dissimulation de l’App par une croissance rapide de micro-organismes de décomposition.

La prédominance de sérotype

Il y a 15 sérotypes de A. pleuropneumoniae connus à ce jour, dont les sérotypes 1, 5 et 7 qui sont le plus liés à des maladie au Canada. La plupart des infections sont le résultat d’un seul sérotype, à la différence du S. suis et de l’H. parasuis, mais l’infection avec deux sérotypes n’est pas inhabituel. Au Laboratoire Gallant Custom, nous effectuons le sérotypage des types 1 jusqu’à 12, dont les types 5A et 5B avec l'utilisation d'un test d’agglutination sur lame. La réaction croisée de certains sérotypes peut arriver.

La toxine APX

Il y a de multiples facteurs de virulence associés à l'App, comme des polysaccharides capsulaires (cp), lipopolysaccharides (LPS), des protéines de membranes, des facteurs d’adhésions, et des exotoxines (comme l’APX) [2]. Il a été démontré que chaque souche aura le gène apx IV mais elle aura soit le gène apx I et le gène apx II ou le gène apx II et le gène apx III [1]. Il est reconnu que les souches portant les gènes apx I et apx II sont plus virulentes et sont associées aux sérotypes 1, 5, 9 et 11 [1]. Le test PCR est disponible dans certains laboratoires pour détecter les toxines apx dans l’isolat d’App ou les prélèvements et, donc, permettre un profil rapide des statuts de l’isolat ou du troupeau. [1].

L’utilisation de la bactérine

Les bactérines d’App sont utilisées à la fois dans les troupeaux de reproduction et aussi pour vacciner les porcelets sevrés. Quand les symptômes de la maladie sont apparents sur des porcelets âgés de 3 semaines ou moins, une vaccination maternelle peut être recommandée. Néanmoins, quand les symptômes de la maladie arrivent à la pouponnière ou plus tard, la vaccination des cochons est conseillée et doit être planifiée avant l’exposition à la maladie. La vaccination des animaux montrant des symptômes n’est pas recommandée. Le recours à la sérologie et la recherche de diagnostic peut aider dans le processus. Les bactérines inactivées peuvent seulement être prévues pour protéger contre les sérovars inclus dans la bactérine, il est donc important de connaitre tous les sérovars fréquents dans le troupeau [2].

Références :

[1] " Prevalence of Actinobacillus pleuropneumoniae, Actinobacillus suis, Haemophilus parasuis, Pasteurella multocida, and Streptococcus suis in representative Ontario Swine Herds ” MacInnes,J et al. Can J Vet Res v.72(3): 242 – 248 April 2008
[2] "DNA microarray – based identification and typing of Actinobacillus pleuropneumoniae ” GuoSheng Ziao et al. Can J Vet Res v. 73(3) Jul 2009